Le consultant évolue vers des postes à responsabilités dans le pilotage de projet

ERP ou Best of breed, faut-il continuer à les opposer?

Faut-il continuer à opposer ERP et Best of breedDans les années 1980 et 1990, au début de l'ère numérique, chaque application logicielle industrielle était une solution ponctuelle, c'est-à-dire un produit axé sur un aspect spécifique du travail de back-office de l'entreprise, comme les comptes fournisseurs, la paie et la fiscalité. Au fil du temps, de nouveaux progiciels ont commencé à s'aventurer également dans les ateliers, où, là encore, chacun avait sa propre spécialité, comme la planification de la fabrication et la maintenance.

Au milieu des années 90, les progiciels de gestion intégrés (ERP) ont commencé à émerger. Ils intègrent la comptabilité d'entreprise, le suivi des stocks, le coût des achats et la planification de la fabrication en une seule solution. 🤓

Faut-il continuer à opposer ERP et Best of breed

Les éditeurs ERP ont continué à étendre ces fonctions selon le cahier des charges ERP des clients pour inclure la gestion de la relation client, le suivi des ressources humaines, la gestion de la chaîne d'approvisionnement et même la conception de produits. Au tournant du 21e siècle, un monstre avait été créé, sous la forme d'un géant monolithique très coûteux et complexe à gérer et à entretenir.

Au moins en théorie, une plate-forme de logiciels d'entreprise interconnectés et étroitement intégrés, ce qu'on appelle le Best of breed, peut offrir aux utilisateurs une variété d'avantages importants, notamment une vue systématique des opérations, une réduction des coûts de formation et d'intégration, une précision accrue, une meilleure sécurité et une maintenance plus facile. Les gros systèmes de gestion ont été mis en accusation et on a commencé à opposer les ERP et le Best of breed.

Mais il est vite apparu que cette vision était belle sur le papier quand on la décrit dans les spécifications fonctionnelles, mais qu'elle l'était moins dans la réalité. Faut-il continuer à opposer Best of breed et ERP, c'est bien toute la question que j'aborde ici.

S'abonner à la lettre de diffusion

Cette vision s'est souvent heurtée à des difficultés lorsque les systèmes ERP ont commencé à étendre leurs capacités sur la base d'acquisitions mal digérées d'entreprises plus spécialisées, ce qui a souvent entraîné de graves problèmes d'intégration et de contrôle de version, ainsi qu'une expérience utilisateur peu conviviale malgré l'intervention d'un cabinet conseil ERP. Plus important encore, ce regroupement d'entreprises et d'offres de services a eu un impact considérable sur l'innovation - en fait, il l'a pratiquement étouffée.

Alors que les grandes entreprises consacraient d'importantes ressources aux activités post-acquisition et d'intégration, l'innovation logicielle du reste du secteur n'a jamais cessé. Et si une certaine croissance organique continuait de se produire au sein des sociétés géantes spécialisées en logiciels ERP, la plupart des innovations les plus pertinentes avaient lieu en dehors d'eux. Finalement, le cycle s'est répété : les petites entreprises indépendantes les plus prometteuses ont été rachetées avec leurs créations, qui ont ensuite été intégrées à l'offre de l'entreprise.

Jusqu'à ce que cela se produise, les solutions spécialisées de type Best of breed sont souvent dotées d'interfaces utilisateur très intuitives et de capacités fonctionnelles qui leur confèrent légitimement le statut de meilleures solutions (c'est la traduction de Best of breed) par rapport à ce qu'on attend d'un logiciel d'entreprise. Trop souvent, cette désignation disparaît rapidement, une fois le processus d'endoctrinement terminé après l'acquisition.

Le Best of breed a ses inconvénients qui ne doivent pas pour autant être négligés. L'adhésion à une stratégie de logiciels interconnectés via API comporte des inconvénients. Par exemple, la prise en charge de plusieurs progiciels provenant de différents fournisseurs entraîne une augmentation des coûts. L'intégration des données dans des progiciels d'autres fournisseurs peut poser des problèmes, notamment une augmentation des coûts de formation du personnel par le consultant ERP et des risques de sécurité résultant de la multiplicité des identifiants.

Du point de vue de la direction, un argument souvent utilisé pour compenser l'amélioration des performances d'une stratégie "best-in-breed" est d'avoir un seul interlocuteur en cas de soucis. En d'autres termes, lorsque quelque chose ne va pas, il est considéré comme plus facile de n'avoir qu'un seul coup de fil à donner, du moins en théorie. Si ces réticences sont toujours valables, la force de ces arguments diminue pour de multiples raisons. Les interfaces se sont normalisées grâce à l'utilisation d'interfaces de programmation d'applications (API) communes.

Les normes d'intégration des données ont évolué pour atténuer le problème de la compatibilité. Et avec la croissance des solutions basées sur le cloud, la sécurité est mieux gérée grâce à une approche d'authentification unique. Enfin, la complexité de la gestion des grandes entreprises de logiciels a pratiquement éliminé le concept d'une seule équipe dédiée pour gérer les exigences de support de chaque solution. Le mouvement Industrie 4.0 a considérablement réduit l'écart entre ces deux approches, une réalité que les grands éditeurs de logiciels d'entreprise s'empressent de minimiser et de cacher.

À tout le moins, ce sujet mérite que l'on s'y attarde et que l'on y réfléchisse à nouveau à certains égards importants. Compte tenu de tout ce qui a changé, en particulier au cours des six derniers mois, il faut se poser la question : Quelle est la meilleure solution pour votre organisation ? Comment pouvez-vous rechercher et comprendre efficacement les options qui existent actuellement, avec un consultant fonctionnel qui connaît son métier ?

Le Best of breed a ses avantages et ses inconvénients, tout comme les ERP, donc faut-il vraiment choisir l'un ou l'autre ? La réponse peut être trouvée dans une évaluation sans complaisance de l'architecture fonctionnelle, en menant une étude à la fois fondée sur des données et aussi exempte que possible de tout préjugé personnel ou historique. Ce n'est pas facile, surtout si l'on considère les racines profondes des décisions d'entreprise qui ont conduit aux choix antérieurs.

La première étape consiste à mettre en place une équipe d'évaluation distincte, renforcée par une charte de la direction générale, pour mener une étude et la suivre où qu'elle mène. Définissez un calendrier. Mettez d'abord l'accent sur les personnes, puis sur les processus et enfin sur la technologie. Utilisez un modèle RACI - responsable, redevable, consulté et informé - pour définir et clarifier les rôles. Reconnaissez également que l'architecture n'est pas figée ; au fil du temps, elle évoluera en même temps que votre entreprise.

Et surtout, comprenez que les résultats de l'évaluation contribueront largement à définir la voie que votre entreprise empruntera pour réussir sa transformation numérique ! D'un point de vue strictement pratique, le choix d'une suite Best of breed ou d'un éditeur unique a des répercussions sur le personnel et les compétences nécessaires pour les utiliser. Une approche monofournisseur avec support ERP, par exemple, nécessitera de solides compétences en matière de création d'interfaces conviviales, ce qui peut poser problème car la plupart des solutions ERP ne sont pas aussi intuitives que les applications interconnectées.

Par ailleurs, une approche Best of breed peut nécessiter l'ajout de nouvelles compétences au sein de l'organisation. Il peut s'agir d'un processus perturbateur, mais il est plus probable que l'organisation se positionne pour une plus grande résilience et flexibilité opérationnelle à l'avenir. Comme nous l'avons tous vu en 2020, la valeur de cette capacité n'a jamais été aussi grande, et elle ne devrait pas disparaître de sitôt. La capacité à réagir plus rapidement face à des changements imprévus est devenue essentielle pour la survie à long terme des organisations.

Quelle est la meilleure stratégie pour vous ? Le Lund Institute en Suède, qui mène des recherches sur le traitement des données depuis les années 1970, a examiné la question de l'utilisation de systèmes multiples. Il a conclu en remettant en question le mantra informatique établi selon lequel "un seul système vaut mieux que plusieurs". L'institut s'exprime ainsi : "Moins est mieux que beaucoup, mais un seul pourrait être trop peu".

Essentiellement, le choix d'une plate-forme technologique d'exploitation basée sur le logiciel le plus performant pour vos besoins peut être un excellent choix, mais seulement s'il peut également être relié à une plate-forme d'entreprise et d'automatisation partagée. Considérez cette conclusion de la même manière que vous gérez votre chaîne d'approvisionnement. Souhaitez-vous n'avoir qu'un seul fournisseur, ou est-il préférable d'avoir plusieurs fournisseurs aussi compétents les uns que les autres afin de pouvoir gérer les problèmes ou les surprises inattendus ?

Quelle que soit votre décision, les architectures technologiques d'entreprise et opérationnelles doivent être capables de fournir un niveau d'agilité bien plus élevé pour les opérations et l'ensemble de l'entreprise manufacturière. C'est particulièrement vrai dans l'environnement COVID-19 d'aujourd'hui (et des années à venir), où l'incertitude commerciale est plus forte que jamais. Dans presque toutes les situations, une approche " best-of-breed " permettra à votre entreprise de s'adapter plus rapidement et plus efficacement.

Les compétences techniques nécessaires à la prise en charge d'une approche Best of breed, ainsi que la capacité à intégrer de nouvelles solutions Best of breed susceptibles d'évoluer rapidement dans l'environnement actuel du coronavirus et au-delà, pourraient donner à votre entreprise l'avantage nécessaire pour réagir plus rapidement et survivre jusqu'au lendemain.

👉 ( ͡° ͜ʖ ͡°) Merci de m'avoir lu et encouragé dans mon activité de blogueur, je vous invite à revenir demain pour découvrir un autre article, de nouveaux horizons ou un tour de l'actualité technologique. Le blog d'actualité michelcampillo.com ne prétend pas sauver la planète ni résoudre les problèmes du monde, ni même vos défis de carrière vu que le marché du travail est devenu très imprévisible. 🤓 Je me contente de partager des idées, conseils et recommandations pour les lecteurs de blogs.

ÉcrirePrenez contact en toute liberté, je suis prêt à échanger avec vous sur les questions marquantes abordées sur le blog. Je suis un observateur attentif de l'actualité des nouvelles technologies, et je sais que le sujet vous passionne. Pour en parler il vous suffit de m'envoyer un email.

Aix en Provence, le 6 mai 2022

Michel Campillo

Michel Campillo Michel Campillo
Responsable de domaine applicatif
06 89 56 58 18  contact par email

➽ Les articles d'actualité sur l'informatique sont repris chronologiquement sur la page d'accueil du blog. J'aime assez cet article: « Un Digg-Like français en 2020, possible ? ».

Ce billet vous a plu? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous:

Facebook Twitter Mastodon LinkedIn

Merci de vos partages! 👷🏻‍



🎯 Autres options: Mentions légales, Quelques outils de gestion de projet open source disponibles, À quoi sert une page entreprise Linkedin ?, L'ERP nouvelle génération arrive, Carte mentale, exemples et concept, Logiciel de prise de notes, Être consultant sur un logiciel métier, Logiciels ERP les plus connus, un expert ERP, La quête d'un chef de projet pour la productivité, Comment bien choisir mon logiciel ERP BTP?, Dernière heure: l'actualité du BTP.
📕 Nous voici enfin sous le soleil serein 👓 du printemps 🌿

Copyright © 2004-2024 Michel Campillo, tous droits réservés

eXTReMe Tracker