Le consultant fonctionnel forme les équipes et transfére ses compétences vers le client

L'islamo-gauchisme ne se débat pas intellectuellement, il se combat

L'islamo-gauchisme ne se débat pas intellectuellement, il se combatFrédérique Vidal ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a décidé en février 2021 de diligenter une enquête sur l’idéologie mortifère islamogauchiste qui gangrène en profondeur les universités françaises. Les universitaires de droite dénoncent depuis des années la chasse aux sorcières que l'extrême gauche mène contre eux dans les facs, en pratiquant la co-optation systématique pour empêcher la pensée conservatrice de s'implanter plus durablement dans le monde universitaire.

L'islamo-gauchisme est une idéologie qui réalise « une sorte d’alliance entre Mao Tsé-Toung et l’ayatollah Khomeini » comme l'avait souligné Jean-Pierre Elkabbach à juste titre. Des propos évidemment pertinents pour tous ceux ayant approché l'université dans les années récentes. Il est temps de mener une enquête sur la place de l’islamo-gauchisme dans les facultés, c'est ce que Frédérique Vidal voulait demander au CNRS.

Combattre l'islamo-gauchisme

Un bilan est à faire sur les recherches universitaires qui se déroulent en France. Les sciences humaines paraissent totalement obsédées par le postcolonialisme, ne produisant que des travaux idéologiquement conformes à la doxa d'extrême-gauche. Tout ce qui serait un peu trop à droite a déjà été purgé des universités par les islamogauchistes, qui veulent en finir avec les travaux qui soulignent le séparatisme ethnoculturel qui frappe les banlieues françaises avec la construction de nouvelles mosquées et toujours plus de clandestins important l'islam en France.

Les islamo gauchistes peuvent compter sur une presse (Mediapart, Le Monde, Libération) qui ne les pas attendue pour hurler contre le « fascisme » pourtant introuvable partout où on regarde. L'anti-intellectualisme de la gauche la conduit à nier la réalité, dans un sinistre remake de 1984 (Orwell) tout en comptant sur des universitaires marxistes de plus en plus bruyants qui attaquent les émissions de Franck Ferrand sur Cnews et n'ont pas remarqué que Mai 1968 est mort. Faire remarquer comment l’islamo-gauchisme gangrène les universités est mal vu dans les milieux de gauche libérale, c'est même pour cela que l'intervention de Frédérique Vidal est étonnante.

Des initiatives bienvenues comme l’Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires doivent être encouragées, pour que les étudiants fiers d'être français cessent d'être harcelés par les gauchistes qui voient du racisme partout. La peste intersectionnelle jette ses boules puantes dans les amphithéatres et organisent des conférences racistes où les Blancs sont exclus. On est tenté de traiter par le mépris ou l’ironie les déclarations racialistes de l'UNEF, servant à disqualifier les étudiants français défendant les valeurs civilisationnelles du pays. Les gauchistes veulent mettre l’université au pas, rien de moins.

Ceux qui tentent un travail de réinformation, c'est-à-dire mettre à jour le caractère systémique de la propagande d'extrême-gauche dans les facultés, se font traiter de « fascistes ». Comme dit André Bercoff paraphrasant Courteline : « Passer pour un facho aux yeux des bobos, est une volupté de fin gourmet ». L’islamo-gauchisme a beaucoup fait pour discréditer l’université française, avec l’ethnicisation de toutes les questions qui sont réduites à un combat des « racisés » contre les Français. Le vrai enjeu c'est les « petits Blancs » contre les bobos, en clair les prétendues « discriminations raciales » ne sont qu'un hochet aux mains des islamo-dingos.

Le véritable problème est que l’islamo-gauchisme fait le lit du terrorisme islamique. On se retrouve en 2021 avec un syndicat étudiant (l'UNEF) au service d'une matrice intellectuelle venue des campus américains où l'intersectionnalisme converge avec l'islamisme. Les gauchistes ne font que dénigrer les universités lorsqu'ils les transforment en berceau du racialisme et de l'indigénisme, bref d'une idéologie différentialiste qui gagne du terrain chaque jour et fait du mal à la France et ses valeurs civilisationnelles. Il faut absolument combattre pied à pied l'islamo-gauchisme.

Il n'est pas nouveau que les universitaires de gauche martèlent leur obsession ethnoculturelle, en fait l’idéologie islamo-gauchiste est ancienne puisqu'elle date au moins de 1994. Elle vient de l’extrême gauche trotskiste, avec l'article Le Prophète et le prolétariat publié par un trotskiste anglais à l'époque. L’extrême gauche baigne depuis des années dans cette idéologie servant à désigner un substitut au prolétariat blanc européen qui vote de plus en plus pour la droite nationale ou souverainiste. La faillite morale de la gauche universitaire semble irrémédiable, on imagine mal comment réintroduire un peu de culture et d'intelligence dans le gloubi-boulga infâme de l'islamogauchisme.

Entre nous soit dit, défendre à la fois le gauchisme et l’islamisme est un sacré grand écart pour une gauche qui fut originellement républicaine et laïque. Dans un tel contexte, qui osera mettre en question la pertinence et la légitimité de prétendus « champs de recherche » comme les études postcoloniales ou les études intersectionnelles? C'est pourtant avec l'argent des Français qu'on subventionne de telles idioties. L’oreille bienveillante des éditorialistes de la presse aux ordres (Mediapart, Le Monde, Libération) ne suffit pas à faire accepter les délires postcoloniaux et intersectionnels. L’islamo-gauchisme est un fait social indubitable, comment le nier ?

Heureusement la notion d’islamo-gauchisme a pu s’imposer dans l’espace public, la gauche universitaire ne parvient plus à nier les faits. Il est important d'utiliser cette notion chaque fois que nécessaire, se l'approprier, la faire entrer dans le champ politique en tant que notion scientifique (au sens des siences sociales) indiscutable. La thématique est entrée dans l’agenda politique et médiatique, c'est un beau succès pour les intellectuels de droite. Le piège s'est refermé sur les gauchistes. On l'a vu quand la présidente de l'UNEF s'est déconsidérée au micro de Sonia Mabrouk sur Europe 1. « Bien creusé vieille taupe », les droitards ont globalement bien travaillé depuis le début des années 2010.

La gauche, en décalage permanent avec le réel, ne parviendra jamais à remettre en cause la pertinence intellectuelle et scientifique de la notion d'islamogauchisme, c'est là une brillante victoire pour les intellectuels de droite qui ont décrit avec beaucoup de précision les contours du concept. Beaucoup de jeunes seront amenés dans les années qui viennent à se dé-matrixer (c'est-à-dire à se red-piller) c'est-à-dire prendre leurs distances vis-à-vis des idées de gauche et de l'antiracisme. Certains refusent les condamnations morales consistant à traiter les gauchistes de traîtres à la France, pourtant ils le méritent certainement. Il faut apporter un soutien total envers les véritables victimes du racisme qui sont les « petits Blancs » (je reprends le concept sans le discuter pour l'instant).

Le combat doit aussi être mené sur le plan de l’imaginaire, c'est la France réalité charnelle et éternelle que l’islamo-gauchisme veut combattre. Ils parlent d'islamophobie, concept qui ne tient pas debout et ne fait sens pour personne. L'anti-racisme des années 80 (certains voyaient du racisme partout) a suffisamment fait de mal à la défense des valeurs civilisationnelles de la France. On pourra m'accuser de voir de l'islamo-gauchisme partout depuis que des politiciens de premier plan comme Jean-Luc Mélenchon ne cachent plus leurs accointances avec les idées d’extrême gauche. Leur idéologie mortifère mérite qu’on la combatte fortement et dès à présent, sans attendre que la menace redouble avec les attentats terroristes qui augmentent.

Il reste à souhaiter que la prise de conscience des Français, de plus en plus nombreux à dénoncer l'immigration, se traduise bientôt en actes forts.

XMPPOutre l'email, téléphone, Telegram, réseaux sociaux, je vous invite à me retrouver également sur XMPP. Très utile, installé sur mon mobile, je reçois instantanément vos messages. Vous n'aurez pas à patienter pour être ajouté. Mon identifiant: michelcampillo@jabb.im.

Aix en Provence, le samedi 1er mai 2021

Michel Campillo

Michel Campillo Michel Campillo, consultant d'entreprise
Logiciels de Gestion
06 89 56 58 18   
contact par email

➽ Quelques articles d'actualité sur les sujets connexes: Onfray sur Youssoupha Richard Boutry sur France Soir Vidéos de réinformation ℹ️ Léonard Sojli Andrew Torba Fosco Marotto sur Gab Pierre Hillard 2021 Les fascistes de demain s'appelleront eux-mêmes les antifascistes Gab TV une alternative à YouTube Twitter menace-t-il la liberté d'expression? Qu'est-ce que QAnon.

Ce billet vous a intéressé? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous:

Facebook Twitter Mastodon LinkedIn

Merci de vos partages! Maintenant à vous de commenter. 👷🏻‍

IP du visiteur: 34.231.243.21
Serveur ec2-34-231-243-21.compute-1.amazonaws.com
Navigateur CCBot/2.0 (https://commoncrawl.org/faq/)



🎯 Autres options: Mentions légales, Gestion de projet avec Jira: le principal problème, BTP: les prix des matériaux s'envolent, L'outil de suivi de projet Youtrack, Actualité, émissions et polémiques, ERP, quelle formation en ligne?, Avoir recours à un consultant Support applicatif, Embaucher un consultant Jira, Variant Mu.
✇ Retour au bureau après 30 semaines de télétravail Covid🦠

Copyright © 2004-2021 Michel Campillo, tous droits réservés

eXTReMe Tracker